Feuille paroissiale avril 2022

Classé dans : Feuille paroissiale | 0

Chers amis,

Voici le bulletin paroissial du mois d’avril. Au cœur de ce mois, nous fêterons Pâques ! Vous trouverez les propositions pour vivre cet événement. N’oublions pas le sacrement de réconciliation (nombreuses possibilités : journée du pardon le 6 avril, permanences pendant la semaine sainte à la paroisse et à la cathédrale) : « Purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes le pain de la Pâque (…). Célébrons la Fête, non pas avec de vieux ferments, mais avec du pain non fermenté, celui de la droiture et de la vérité » (1 Corinthiens 5, 6-8).

Notre désir de devenir une « pâte nouvelle » en cette fête de Pâques coïncide avec notre prière pour la paix en Ukraine. « Si nous voulons que le monde change, nos cœurs doivent d’abord changer » disait le pape François le 25 mars lors de la célébration pénitentielle qui précédait l’acte de consécration au Cœur immaculé de Marie.

Notre désir de devenir une « pâte nouvelle » coïncide aussi avec l’envoi de nos contributions au synode. Merci aux équipes qui se sont mobilisées pour écouter ce que l’Esprit Saint dit à l’Église aujourd’hui.

Je vous laisse avec ces paroles du saint-père, toujours le 25 mars, qui me semblent exprimer ce dont nous avons besoin en ce moment et que Dieu peut nous donner, à nous et par nous à l’Église et au monde, sans oublier notre pays à l’heure des élections présidentielles :

« Nous ne pouvons pas résoudre seuls les contradictions de l’histoire, ni même celles de notre cœur. Nous avons besoin de la force sage et douce de Dieu, qui est le Saint Esprit. Nous avons besoin de l’Esprit d’amour, qui détruit la haine, éteint la rancœur, la cupidité, nous réveille de l’indifférence. Cet Esprit qui nous donne l’harmonie, parce que Lui est harmonie. Nous avons besoin de l’amour de Dieu parce que notre amour est précaire et insuffisant. Nous demandons beaucoup de choses au Seigneur, mais nous oublions souvent de lui demander ce qui est le plus important et ce qu’Il veut nous donner : l’Esprit Saint, c’est-à-dire la force d’aimer. Car sans amour, qu’allons-nous offrir au monde ? Quelqu’un a dit qu’un chrétien sans amour est comme une aiguille qui ne coud pas : elle pique, elle blesse, mais si elle ne coud pas, si elle ne tisse pas, si elle n’unit pas, elle ne sert à rien. J’oserais dire, il n’est pas chrétien. C’est pourquoi nous avons besoin de puiser dans le pardon de Dieu la force de l’amour, puiser ce même Esprit qui est descendu sur Marie. » (…) « La Mère de Dieu, après avoir dit son “oui”, entreprit un long voyage, une montée vers les régions montagneuses pour rendre visite à sa cousine enceinte (cf. Lc 1, 39). Elle est allée avec empressement. Cela me plaît de penser que la Vierge est allée avec empressement, c’est toujours ainsi ; la Vierge qui s’empresse de nous aider, de nous garder. Qu’elle prenne aujourd’hui notre cheminement par la main : qu’elle le guide sur les sentiers escarpés et fatigants de la fraternité et du dialogue. Qu’elle le guide sur les voies de la paix. »

(Homélie 25 mars, célébration pénitentielle, texte complet avec de belles choses sur la confession)

Bien fraternellement dans le Seigneur,

Père Robert de Prémare

PS : Beaucoup d’entre vous ont su que j’ai été moi-même pris par le virus. Mon service complet reprend ce week-end. Merci au père Bruno d’avoir tout assuré jusque-là. Merci pour vos messages et prières. Je pense bien aux nombreuses personnes rattrapées elles aussi par l’épidémie. Tenez bon !